FSU 276
Accueil > Actualités > Lettre du RESF n°6

Lettre du RESF n°6

2 juillet 2015

Joindre le réseau :
CGT Education : 02 35 58 88 36
FSU : - SNUipp 02 35 63 85 08
- SNES 02 35 98 26 03
SGEN-CFDT : 02 32 08 33 40
SUD-Education : 02 35 63 20 05 /06 68 63 20 05
Numéro d’urgence : 06 68 63 20 05

Permanences de l’été 16 à 17h les mercredis 8 et 22 juillet, à la maison des Associations reprise des permanences le 9 septembre.
Prochaine réunion le 2 septembre à 17h.

Vous recevez la lettre du RESF Rouen.
Cette lettre est adressée régulièrement aux syndicats qui participent au réseau, charge à eux de la diffuser à leurs adhérents et aux établissements.

Bientôt les vacances, prenons des dispositions pour que tous les enfants soient présents à la rentrée.
Dans les établissements, organisons nous pour maintenir un lien avec les familles pendant les vacances et pouvoir réagir en cas de difficulté et transmettons leur les dates de permanences et le numéro d’urgence.

À Oissel, cérémonie de parrainage civil pour Jürgen Tafaj, élève à l’école Pasteur (publié par Paris Normandie le 16/06/2015)

Jürgen Tafaj, brillant élève de CM2 à l’école primaire Pasteur, a fui en 2013 avec sa famille, à l’âge de 9 ans, la cruauté des adultes qui sévissent en Albanie. Ses parents mutilés et son frère sérieusement malade portent avec dignité et pudeur les séquelles de la barbarie subie. L’école de France a été salvatrice pour lui, à la fois comme exutoire de la noirceur humaine, mais aussi offrant par le savoir une vision positive de la société.
Un élève assoiffé d’apprendre
Aujourd’hui à 11 ans, Jürgen parle couramment le français sans même un accent et ses connaissances méritent reconnaissance, comme le confirme Sylvie Savin, directrice de l’école Pasteur : « C’est un élève comme on les aime, intéressant et assoiffé d’apprendre ! Poli, il a intégré les règles de notre pays... Et ne se bagarre jamais ! »
C’est peu de dire qu’il exècre la violence autant qu’il ne souhaite pas aborder son douloureux passé en Albanie : « Je veux être un enfant comme les Français, avoir une maison normale. Pour l’instant, nous vivons en foyer et je dois faire mes devoirs dans la cuisine, avec les enfants qui chahutent autour ! ».
Alors il rêve d’intégrer le collège et l’internat d’excellence Lecanuet, à Rouen : « Pour devenir psychologue et aider les gens ou mécanicien pour fabriquer des voitures qui ne polluent pas ! » Et réparer. Le cerveau ou les moteurs, comme aujourd’hui sa famille en souffrance. Pour ce faire le réseau éducation sans frontières (RESF) a déposé un dossier humanitaire autour d’Armand, son frère de 22 ans à la santé abîmée.
Et puis Marianne a ouvert ses bras pour un parrainage républicain, engagement moral hautement symbolique, quand ailleurs ses représentants se les croisent en se réclamant d’elle.
Admis au collège Lecanuet, à Rouen
Un maire, Stéphane Barré, hôte du jour, une conseillère départementale, Séverine Botte, et le vice-président du Sénat, Thierry Foucaud : les marches locale, départementale et nationale de la République en guise d’ascenseur social. Afin de concrétiser leur démarche, Thierry Foucaud : « Ce n’est pas mon premier, mais ce petit en vaut la peine ! » et Séverine Botte : « En tant qu’enseignante, je suis doublement touchée, c’est le début d’une longue et belle réussite pour lui ! » sont devenus en la mairie officiellement parrain et marraine civils de Jürgen, lui apprenant à l’occasion qu’il était admis dans le collège tant espéré de Rouen.
Via l’interprète, le papa résumait fort bien le sentiment de sa famille : « Pour nous, c’est une fierté ! ». Pour la République française aussi.

Un enfant de 7 ans scolarisé dans les Ardennes en rétention avec sa mère brésilienne au CRA de Oissel depuis lundi 29 juin a été libéré par le TA
Le placement en rétention a été jugé mardi 30 juin au Tribunal Administratif de Rouen.
Aucun enfant en rétention c’était la promesse du président de la République M. Hollande.
Iona et son fils Italo ont été libérés par le tribunal administratif ce soir vers 19h.
Ils sont rentrés dans les Ardennes et le petit Italo pourra finir sa dernière semaine d’école.
Bravo pour la mobilisation aussi rapide et le relai médiatique efficace.
C’est une première bataille gagnée mais ce n’est pas encore une victoire complète puisque la juge n’a pas annulé l’obligation de quitter la France (seulement l’absence de délai pour partir et la rétention).
Il leur faut maintenant un titre de séjour en bonne et due forme, étant relevé que la famille remplit à priori les conditions de régularisation fixées par la circulaire Valls.
À suivre donc...
Et ne boudons pas notre joie de savoir qu’un enfant et sa mère ne dormiront pas derrière des barreaux cette nuit.

Devenir correspondant du RESF :
Afin de faire le lien entre les établissements scolaires et le réseau, nous recherchons des correspondants pour :
- Afficher la lettre dans les établissements (environ une par période)
- Faire le lien avec le réseau lorsque les parents d’un élève, un élève majeur est en situation irrégulière
Nom : …........................... Prénom : ….................................
Établissement : …...................................................................................................
Fonction : ….........................................................................................................
Téléphone : .......................... Mail : ….......................................................

Word - 81.5 ko
Lettre RESF n°6
SPIP | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0