FSU 276
Accueil > La FSU 276 > Compte-rendu de l’audience FSU portant sur les FSTG et la formation

Compte-rendu de l'audience FSU portant sur les FSTG et la formation

31 mai

La FSU et ses différents syndicats nationaux (SNEP-FSU, SNUEP-FSU, SNES-FSU et SNUipp-FSU) ont toujours porté un intérêt particulier à la question de la formation des enseignants. Elle défend l’idée selon laquelle enseigner est un métier qui s’apprend et qui demande du temps. A cet égard, les stagiaires ne doivent pas être utilisés comme moyens d’enseignement et doivent bénéficier d’un temps de décharge important dans les premières années afin de se former dans les meilleures conditions.
C’est pour cette raison que les militants de la FSU, en charge des stagiaires, ont souhaité rencontrer les différents acteurs de la formation de façon à signaler les dysfonctionnements et à améliorer l’entrée dans le métier des nouveaux collègues.

Pour ce faire, la FSU était représentée par :
-  Jérôme DUBOIS (SNUEP-FSU, enseignement professionnel)
-  Morane LE DEUNF (SNES-FSU, enseignement second degré)
-  Mathilde MARNIERE (SNUipp-FSU 27, enseignement 1er degré – département de l’Eure)
-  Catherine MEZAAD (SNES-FSU, enseignement second degré)
-  Stéphanie RIO (SNUipp-FSU 76, enseignement 1er degré – département de Seine-Maritime)

Madame le Recteur, Nicole MENAGER, nous a reçus, accompagnée de :
-  M. Mostefa FLIOU, Secrétaire Général (SG)
-  M. François FOSELLE, Secrétaire Général Adjoint, Directeur des Relations et des Ressources Humaines (SGA-DRRH)
-  Mme Brigitte CHOUPAUT, Doyenne du collège des IA-IPR
-  Mme Chantal BLANCHARD, Déléguée Académique à la Formation des Enseignants (DAFE)
-  M. Mario DEMAZIERES, Chef de la Division de la Formation continue des personnels (DIFOR)

Plusieurs points étaient à l’ordre du jour :
-  La formation initiale
-  Le déroulement de l’année de stage : évaluation, titularisation, …
-  Le remboursement des frais de déplacement
-  La formation continue

LA FORMATION INITIALE

Le premier degré
Le SNUipp-FSU, après avoir recueilli le ressenti de plusieurs stagiaires lors de ses stages et permanences a tenu à livrer les impressions des collègues entrant dans le métier.
L’alternance 3 semaines / 3 semaines et le fait que 2 stagiaires soient sur un même poste a été au centre de nos interventions.
-  Charge totale de la classe à deux débutants
-  Concertation et répartition des compétences compliquées à mettre en œuvre
-  Concurrence parfois entre les deux stagiaires
-  Difficultés d’un stagiaire se répercutant souvent sur l’autre.
-  Sentiment de n’avoir qu’une chance en début d’année (si l’année commence difficilement, celle-ci sera impactée tout le long). Aucune possibilité de "repartir à zéro" en cas d’erreurs commises sur la gestion / tenue de classe.
-  Pour les collègues arrivant par une autre voie que celle du master MEEF, de nombreuses difficultés apparaissent. Aucune observation n’est possible dans d’autres classes ou même dans des classes de même niveau.
-  Cette situation d’alternance ne permet de découvrir qu’un seul cycle. Elle empêche la découverte du spécialisé mais également la découverte de différents publics (rural, éducation prioritaire...)
Madame le Recteur a entendu et pris note de toutes ces difficultés.
Nous avons rappelé que la FSU réitérait sa demande pour que les stagiaires ne soient qu’à tiers temps en classe et qu’ils ne soient pas utilisés comme moyen d’enseignement. Pour la FSU, c’est le seul moyen d’entrer progressivement dans le métier et d’éviter toutes ces difficultés pour les collègues, les élèves et les collègues de l’école.
Une proposition a été faite par Mme le Recteur au conseil d’école de l’ESPE : une alternance progressive, c’est-à-dire, rester sur le même principe mais commencer par une alternance d’une semaine pendant la première période puis une alternance de deux semaines pour terminer sur une alternance de trois semaines.
Pour le SNUipp-FSU, cette proposition permettrait peut-être aux collègues plus fragiles au départ d’être sur des temps moins longs en classe et donc de pouvoir réagir plus vite.
Cependant cela ne résoudrait en aucun cas les nombreux autres problèmes.
Cette expérience a été rejetée par le conseil de l’ESPE mais aura lieu à Poitiers. Nous pourrons observer ces impacts.
Nous avons proposé/demandé à ce que des périodes d’observation soient davantage possibles pour les collègues qui le souhaitent. Cette demande a été écoutée et sa faisabilité sera étudiée avec l’ESPE pour rendre cela possible.

Le second degré
Suite aux stages mutations inter et intra organisés par la FSU, nous avons eu de nombreux échanges avec les stagiaires second degré et sommes intervenus pour faire remonter les difficultés liées à la formation.
En effet, comme chaque année, la communication de l’ESPE en direction des stagiaires est très problématique : emplois du temps erronés ou envoyés tardivement, injonctions divergentes, disparité entre les disciplines ou entre les sites (en Anglais, la formation du Havre ne répond pas aux exigences concernant la mise en œuvre des programmes, trop centrée sur l’étude d’œuvres littéraires), problèmes de contenus (dans le tronc commun notamment, mais aussi dans d’autres modules), manque de formateurs dans certaines disciplines (notamment pour les PLP dont certains ont intégré des groupes de formation constitué de collègues PE, ce qui est complètement inadapté), lourdeur du Projet Collaboratif Innovant ou sujets de recherche imposés (notamment en Mathématiques), manque de différenciation dans les parcours adaptés, etc. Malheureusement, la plupart de ces questions concernait l’ESPE dont aucun représentant n’était présent… Toutefois, nous avons fait remonter ces dysfonctionnements au Rectorat qui se chargera de les transmettre au nouveau directeur de l’ESPE qui sera nommé à la rentrée 2017.
Nous avons appris également l’existence d’un conseil de perfectionnement au sein des instances de l’ESPE et Madame le Recteur était surprise de découvrir que nous n’y siégeons pas. Nous allons entamer des discussions avec la direction de l’ESPE afin de pouvoir être présent dans cette instance qui a un regard sur la formation des stagiaires. Le fonctionnement de l’ESPE de Rouen pose problème ne serait-ce que dans le volume des formations qui ne sont pas équilibrées d’une discipline à l’autre.
Cette année, le Rectorat a pris en charge une partie de la formation adaptée (celle dédiée aux FSTG titulaires d’un Master MEEF). Ce nouveau dispositif appelé « parcours adaptés » est encore perfectible et le Rectorat travaille à le rendre performant et efficace pour les collègues concernés. N’hésitez pas à nous faire partager votre expérience si vous avez bénéficié de cette formation cette année.
Nous sommes également intervenus sur les difficultés posées par les incompatibilités d’emploi du temps entre la formation et les obligations en établissement (présence aux conseils de classe par exemple). Le Rectorat refuse de trancher et de déroger aux journées dédiées à la formation (mardi et vendredi, ainsi que le mercredi après-midi) et ceux au service en établissement (lundi et jeudi, ainsi que le mercredi matin). Il est donc conseillé de voir en interne avec le chef d’établissement quels arrangements sont possibles pour faire changer les dates de conseils de classe. Nous avons signalé que cela était très difficile pour un collègue stagiaire, nouvel arrivant dans l’établissement, de remettre en cause le planning de conseils de classe établi par l’administration qui est aussi évaluatrice de son année de stage. Le Rectorat s’engage donc à communiquer de manière plus claire sur ce sujet aux chefs d’établissements et aux inspecteurs afin d’éviter ces difficultés à l’avenir.
Enfin, nous avons rappelé les différences de formation pour les FSTG exerçant à temps complet, certains n’ayant encore reçu aucune formation. Le Rectorat s’est engagé à refaire un point afin d’être certain que tous les stagiaires à temps complet en responsabilité dans les classes puissent bénéficier d’une réelle formation.

LE DÉROULEMENT DE L’ANNÉE DE STAGE

Nous avons rappelé que la relation avec le tuteur qui est à la fois formateur et évaluateur interroge. Cette double casquette entraîne parfois des relations difficiles. Comment peut-on demander conseil à son tuteur alors que c’est cette personne qui nous évaluera ensuite ?
Concernant le second degré, le Rectorat a tenu à rappeler que trois avis étaient pris en compte pour la titularisation (chef d’établissement, inspecteur et ESPE) et que le corps des inspecteurs ne se limitait pas seulement à l’avis du tuteur.
Toujours dans le second degré, la question de l’évaluation des stagiaires à temps plein pose problème. En effet, ils sont régis par le même texte réglementaire (trois avis) alors que leur formation n’est pas organisée par l’ESPE mais par le Rectorat. Nous avions déjà signalé cette absurdité l’an dernier mais le Rectorat n’a pas avancé sur ce point. Par conséquent, l’avis donné par l’ESPE reste complètement creux et on peut s’interroger sur les éléments qui le fondent.
De plus, pour le 1er et le 2nd degré, nous avons insisté sur le fait que certains tuteurs ne savent pas toujours quel rôle jouer et qu’eux-mêmes pouvaient être en difficulté avec ce double rôle. Le Rectorat s’engage à refaire un point sur la formation du tuteur et à interpeller les chefs d’établissement de façon à ce que l’accueil d’un stagiaire se passe au mieux. Les stagiaires sont la responsabilité de tous et doivent se sentir réellement accompagnés par tous les personnels de leur établissement.
La fréquence et la répartition des visites sont à repenser. Elles doivent être espacées car si elles sont rapprochées elles ne permettent aucune marge de progression.
Dans le cadre des collègues du premier degré, nous sommes intervenus sur l’évaluation des listes complémentaires et sur l’absurdité d’être visité aussitôt puis évalué. Madame le Recteur a demandé à ce que ces collègues soient identifiés et puissent avoir une adaptation dans ce planning de visite.
Dans le cadre des collègues du second degré, nous avons évoqué le sentiment d’infantilisation que pouvaient ressentir les stagiaires lorsqu’on leur reproche une absence aux journées de pré-rentrée ou qu’on utilise leur signature électronique à leur insu. Sur ce dernier point, le Rectorat va interpeller les personnes concernées car une telle procédure est franchement illégale.

LE REMBOURSEMENT DES FRAIS

Nous avons exposé la situation des quelques collègues qui avaient monté des dossiers afin de pouvoir bénéficier d’une prise en charge de leurs frais selon le décret n°2006-781 du 03 juillet 2006 car l’IFF ne couvrait pas suffisamment leurs dépenses. Alors que l’an dernier, les dossiers complets avaient été retenus et les collègues indemnisés, cette année toutes les demandes (qu’il s’agisse du 1er ou du 2nd degré) ont été rejetées.
Le Rectorat a estimé que la circulaire de la DGRH n°2015-204, parue le 30 juin 2015, ne permettait plus de se référer au texte de juillet 2006 pour les collègues pouvant prétendre à l’IFF. Nous sommes en désaccord avec cette lecture réglementaire d’autant que, dans plusieurs autres académies, cela ne pose aucun problème. Nous allons donc interpeller les collègues du secteur juridique de la FSU afin d’avancer sur cette question. D’autre part, le Rectorat s’est engagé à diffuser une information claire, sous forme de diaporama, lors des journées de pré-rentrée afin que tous les stagiaires puissent avoir connaissance des remboursements auxquels ils peuvent prétendre.

LA FORMATION CONTINUE

A partir de la rentrée 2017, le PAF (Plan Académique de Formation) sera commun aux 1er et 2nd degrés, et donc aux deux départements. La FSU sera très vigilante à ce que ce PAF unique ne soit pas l’occasion d’une diminution de l’offre de formation.
Ce nouveau PAF unique sera présenté lors d’un groupe de travail qui réunira les différents élus des organisations syndicales 1er et 2nd degrés, et donc de la FSU. D’autre part, une formation aux rôles et aux missions des CHS-CT (Comités Hygiène et Sécurité – Conditions de Travail) sera intégrée dans le cursus de formation des nouveaux collègues, pendant la 1ère ou la 2ème année faisant suite à la titularisation.

LES ACTIONS DE LA FSU

Les représentants de la FSU continuent leur travail de défense des personnels et d’amélioration des conditions d’entrée dans le métier. C’est pourquoi nous allons :
-  Transmettre par écrit au Rectorat la liste des dysfonctionnements constatés dans l’organisation et le contenu de la formation initiale et s’assurer que cela a également été communiqué à la direction de l’ESPE ;
-  Interroger les secteurs juridiques de la FSU afin de faire la lumière sur la réglementation concernant les remboursements de frais de déplacement ;
-  Demander une audience à la direction de l’ESPE pour faire le point sur la formation et le conseil de perfectionnement.

SPIP | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0